Avec
Ludger Beaulieu
Lise Castonguay
Noémie O’Farrell

Assistance à la mise en scène
Adèle Saint-Amand

Scénographie et lumières
Jean Hazel

Création sonore
Jean-François Mallet

Costumes
Mêve Amélie Cormier

Visuel
Ulysse del Drago

Durée
1 h 15

Calendrier_FarAway

Résumé

Fable énigmatique et hallucinée, Far Away donne à voir une société mue à outrance par les mécanismes du spectaculaire, en proie à une ultime guerre mondiale dévastatrice. Le futur est ici d’une lucidité foudroyante, d’autant plus qu’il est si proche. Chacun peut être allié ou ennemi, mais rien n’existe entre ces deux postures extrêmes. L’obscurantisme se nourrit de l’incompréhension de l’autre et devient tout-puissant devant l’effacement des règles distinguant ce qui est juste de ce qui ne l’est pas. Tout a été recruté pour combattre, et tout est maintenant une menace. Catégorisé sans raison, chacun peut passer d’un camp à l’autre sans logique aucune, terrifié, contraint à une anxiogène suspicion. Grandissant au contact de sourdes violences, Joan incarne les derniers soubresauts de la pensée libre, écrasée lentement par le poids insoutenable d’un monde où l’idée même de nuance a disparu, broyée par le manichéisme. —— Qui est Caryl Churchill ? L’auteure de Top Girls, est née en Angleterre en 1938 ; elle a passé la plus grande part de ses années d’enfance entre Londres et Montréal. Les œuvres de Churchill ont eu un effet durable sur des pratiques théâtrales, des traditions, des stéréotypes de genre et des idéaux sociaux- économiques pendant les deux dernières décennies.

Directions artistiques des deux compagnies
Théâtre Blanc / Jean Hazel et Christian Lapointe
Théâtre l’Escaouette / Marcia Babineau

1617_RESERVER_BILLETS

EN IMAGES

© Idra Labrie

DANS LA PRESSE

Du premier au dernier moment, la metteure en scène Édith Patenaude et ses excellents comédiens – Lise Castonguay, Ludger Beaulieu et Noémie O’Farrell – nous captivent. (…) Courez-y, Far Away, ce n’est, malheureusement, pas si loin ! Mario Cloutier, La Presse

La force de Far Away, outre l’étrangeté de son univers, réside dans la mise en scène excellente et très cinématographique d’Édith Patenaude. (…) On pense, ici et là, aux ambiances étranges du cinéaste David Lynch. On quitte la salle avec des questions, sans avoir tout compris ce qu’on a vu, mais convaincu d’avoir vécu quelque chose d’étrange et fort particulier.
Yves Leclerc, Journal de Québec

Soulignons la grande complicité et l’unité de ton des comédiens (…) Scénographie, jeu et trame sonore construisent un superbe écrin pour cet inquiétant texte de la célèbre auteure britannique.
Alain-Martin Richard,Revue Jeu

Cette fable visuellement soignée où l’horreur est suggérée partout à mots couverts se déploie étonnamment, la plupart du temps, dans une grande douceur.
Geneviève Bouchard, Le Soleil 

RENDEZ-VOUS DU MERCREDI

Après la représentation du mercredi 12 mars
Rencontre-réflexion animée par la journaliste Alexandra Szacka. Invités : Christian Lapointe (metteur en scène, comédien, auteur, codirecteur artistique du Théâtre Blanc), Lori St-Martin (essayiste, romancière, traductrice, professeure de littérature à l’UQAM)