Avec
Olivier Arteau
Ariane Bellavance-Fafard
David Bouchard
Dayne Simard

Assistance à la mise en scène
Gabrielle Ferron

Décors, costumes et accessoires
Claudelle Houde-Labrecque

Éclairages
Olivier Lépine
Laurence Croteau-Langevin

Chorégraphie de combat scénique
Alexander Péganov

Rapprochements du texte au vernaculaire québécois par la Brute qui pleure.

Résumé

Trois jeunes suédois fêtent la fin de l’année scolaire. Ils se chamaillent, boivent des bières, parlent de foot. Aussi, ils parlent de la pureté de la Suède et de la suprématie de la race blanche. Puis, arrive Karl, un jeune du même âge, mais de race asiatique. Né en Corée, Karl a été adopté par un couple suédois aisé. Il passait par là. On l’incite à rester et lui, qui croit en la vertu du dialogue, y restera.

« Tu peux dire ce qui te dérange dans un peuple homogène ? […] Si les gens préfèrent vivre avec les leurs et vivre dans le pays que leurs ancêtres ont fondé et qu’ils veulent pas se mêler à d’autres races… je dis pas qu’elles valent moins ou qu’elles ont pas le droit, mais ces gens-là doivent pas venir et s’imposer […]» Extrait de Froid.

 

 

 

DANS LA PRESSE

Cette proximité avec les acteurs rend l’expérience encore plus percutante (…) le mélange d’énergie et d’impulsivité de la jeunesse sont ici magnifiquement rendus.
— P. A. Buisson, Nightlife.ca

Il y est question de courage, d’ignorance, de rejet de l’autre, de frustrations identitaires et de pulsions de mort. Ce texte (…) brosse un constat aussi froid que le titre, en appel de réflexion. — Odile Tremblay, Le Devoir

Bien dosé et percutant (…) Des comédiens remarquables.
Léa Villalba, Les Méconnus

C’est une pièce nécessaire, c’est à voir, un texte brutal, mais important… — Patricia Tadros, Radio Canada Première

Il faut aller voir Froid, un spectacle dont on ne sort pas indemne, qui a le mérite de s’inscrire dans les dérives sociopolitiques de notre époque.
— A.M. Richard, Revue Jeu

 

++

Dossier de presse

Document pédagogique

 

EN IMAGES

© Cath Langlois