Avec
Paul Ahmarani
David Boutin
Maxime Denommée
Benoit Drouin-Germain
Maxim Gaudette
Marie-Pier Labrecque
Marie-France Lambert
Marie-Eve Pelletier
Dominique Quesnel
Évelyne Rompré

Assistance à la mise en scène
Valery Drapeau

Scénographie et costumes
Romain Fabre

Conception sonore
Julien Éclancher

Lumière
Nicolas Descôteaux

Vidéo
David Ricard

Les traductions des textes d’Ivan Viripaev sont publiées aux Éditions Les Solitaires Intempestifs – Besançon / Titulaire des droits : henschel SCHAUSPIEL Theaterverlag Berlin GmbH / Agent de l’auteur pour l’espace francophone : Gilles Morel

Partenaire
de production

 
 
 

Résumé

De la tombée de la nuit au lever du jour, ils sont ici quatorze enivrés à chercher au fond de leur soûlerie les vérités les plus fondamentales sur l’existence, l’amour et le rapport aux autres. Sous l’effet de l’alcool, les corps s’effondrent dans la boue, les esprits s’allument dans une soirée entre amis, les langues se délient dans un enterrement de vie de garçon qui dérape.
Inoculée par une langue mêlant révélations tonitruantes, images surréalistes et professions de foi illuminées, l’ivresse dansante des Enivrés invente un langage inédit pour nous relier à la grande énigme du monde. Dans Oxygène et Illusions, deux pièces présentées antérieurement par La Veillée, Ivan Viripaev convoquait une poignée d’interprètes. Cette fois le dramaturge risque une forme plus ample au souffle épique. Avec une dizaine d’acteurs et d’actrices, Florent Siaud dont on connaît désormais les talents de précision, de clarté, fait le pari d’une direction rageuse et libre.

Ovni dans la dramaturgie actuelle, Les Enivrés provoquent sur nous un effet cathartique : ils libèrent, à force de nous faire rire et de nous surprendre. Mais parallèlement, dans leur douce folie, ils nous font traverser un moment de lucidité qui nous renvoie à nous-mêmes. Florent Siaud