Résumé

Comme vous vous en doutiez sûrement, les activités théâtrales que nous espérions pouvoir présenter en mai sont malheureusement annulées ou reportées. Pour s’assurer de la sécurité des artistes, des employé·e·s qui œuvrent au théâtre Prospero et des publics, voici notre plus récente mise à jour :

• Annulation de Mademoiselle Agnès, une production du théâtre Point d’Orgue.
Vous pouvez joindre la billetterie pour un remboursement ou une note de crédit pour la saison 20-21, ou vous pouvez exprimer votre soutien aux artistes et au théâtre Prospero en ne réclamant pas votre remboursement. Il s’agit d’un acte volontaire et aucun reçu de charité ne sera émis.

• Report de Notre petite mort, une production Émilie Lajoie qui sera présentée en octobre 2020.
Vous pouvez joindre la billetterie en vue d’obtenir un crédit applicable à Notre petite mort lors de la saison 20-21 ou un remboursement de vos billets.

• Report de  Mourir tendre, une production Erapop en coproduction avec La Veillée et Carte Blanche qui sera présentée en octobre 2020.
Vous pouvez joindre la billetterie en vue d’obtenir un crédit applicable à Mourir tendre lors de la saison 20-21 ou un remboursement de vos billets.


Réflexions – Gravité sous un plein soleil de printemps
Conviés à un repas auquel nous aurions préféré ne pas être invités.

Nous voilà tous spectaculairement liés, plus que nous n’aurions jamais pu l’imaginer, par des enjeux d’une gravité extrême où une entière vigilance et une obéissance massive volontairement accordée sont requises.

Cette distanciation obligée qu’on peut qualifier de brutale et de possiblement violente dans certains cas, nous mènera à faire l’expérience de relations et situations humaines sans précédent, pour nos générations du moins; elles seront différentes pour chacun·e. Que va-t-il se passer, en soi, dans ce moment d’intimité, de solitude, ou paradoxalement de proximité trop forte – qu’est-ce qui sera remué (ou vite oublié) dans nos modes d’être, nos stratégies de vie et jusqu’à quel point de rupture ? D’aucuns parlent d’une occasion de transformation. Qu’en ferons-nous ?

Nous sommes conviés à un repas auquel nous aurions préféré ne pas être invités; à une table où tous les dieux et démons se présentent. Que les plus bienveillants donc s’y démarquent par des solidarités « inattendues et inespérées », nouvelles.

Quant au théâtre, nous y reviendrons pour nous raconter de nouvelles histoires avec de nouvelles ferveurs. Ces espaces actuellement interdits auront soif de rassemblements des corps; ceux des artistes et des publics réunis dans leur vibrante présence.

Carmen Jolin
Directrice artistique et générale