Avec
Louise Bombardier
Gregory Hlady
Catherine de Léan
Benoit Mauffette

Lumières
Chantal Labonté

Vidéo
Guillaume Saindon

En collaboration avec le
Théâtre français de Toronto

Laboratoire

Du 27 octobre au 6 novembre

Présentation publique

VENDREDI 6 NOVEMBRE
19 H

Conformément aux directives gouvernementales, la présentation publique de ce laboratoire est annulée.

Résumé

Pour nommer le mal qui nous guette, Roland Schimmelpfennig défait et met à nu les mécanismes d’un fascisme étrangement actuel. Dans Solstice d’hiver, celui-ci s’immisce en douce dans une société bien-pensante, parmi des « gens bien » et cultivés qui ne semblent pas prêts à reconnaître sa réapparition, sa possible résurgence.

Fidèle à ses habitudes, Joël Beddows proposera lors de ce laboratoire un « théâtre essai », soit l’exploration d’un huis clos familial transformé en fête des morts. À travers un univers scénique progressivement fantasmagorique, il fera apparaître sur le plateau une société obsédée par le confort, le succès et la stabilité.


EN IMAGES


À LIRE

«L’équipe se focalise sur les intentions des personnages derrière certaines répliques pour en saisir pleinement l’envergure. L’incapacité des personnages à se comprendre et communiquer est liée à leur enfermement dans leurs propres jugements, perceptions et projections. »

Journal de bord du Labo#3, par Mélanie Carpentier, rédactrice et ancienne journaliste


JOËL BEDDOWS

Metteur en scène et conseiller dramaturgique, Joël Beddows propose depuis bientôt deux décennies des expériences artistiques où se conjuguent symbolisme, poésie et commentaire social. Que ce soit dans le champ de la création, du répertoire ou du théâtre jeune public, il cherche à remettre en question les repères et les clichés de notre existence contemporaine, tant réels qu’esthétiques. En témoignent ses mises en scène de Happy Days de Samuel Beckett (2010), à Frères d’hiver de Michel Ouellette (2011), East of Berlin de Hannah Moscovitch (2012), Visage de feu de Marius von Mayenburg (2013), Petites bûches de Jean-Philippe Lehoux (2014), Un neurinome sur une balançoire d’Alain Doom (2015) ou encore, Dom Juan (2017).
Après avoir assuré la direction du Théâtre la Catapulte d’Ottawa (1998-2010) et du  Département de théâtre de l’Université d’Ottawa (2011-2016), il se joint à l’équipe du Théâtre français de Toronto en juillet 2016 à titre de directeur artistique.


TERRITOIRES DE PAROLES, QU’EST-QUE C’EST ?

Territoires de paroles offre aux artistes un temps d’exploration substantiel et des moyens, hors des impératifs de production, pour explorer en laboratoire les prémisses d’une œuvre. L’événement dédié à la découverte des écritures et dramaturgies étrangères a été repensé pour sa 4ème édition afin d’offrir un espace de recherche à plus d’une quarantaine d’artistes d’ici et d’ailleurs.
Six équipes d’interprètes, accompagnées de concepteurs, exploreront sous forme de laboratoire les frontières mobiles entre la littérature, le théâtre, la vidéo et le son.