Création et interprétation
Késia Demers
Gabriel L’Archevêque
Antoine Pelletier
Avec la participation de
Olivier Magnan-Bossé
et Véronique Trottier

Direction artistique
Christian Lapointe

Lumières
Julie Charette

Conception sonore
Antoine Pelletier

Conception costumes
Hélène Falardeau

Conception maquillages
Léonie Lévesque-Robert

Photo © Maxyme G. Delisle

Durée : 1 h

Résumé

Après un long report de près d’une année, Mourir tendre marque la réouverture du théâtre Prospero qui souligne ainsi son engagement envers les artistes émergents.

L’oeuvre est menée par une équipe de jeunes comédiens et comédiennes professionnel.les, qui utilise un langage bien ancré dans notre époque où l’interdisciplinarité est presque inscrite d’office. Leur théâtre sort des sentiers habituels, se donnant des airs de concert, passant du rap, au slam et au spoken-word pour nous parler de la friabilité de la vie, de la folie de notre monde : l’amour – le désir – l’exil – le viol,  mais aussi la vie – la persistance – la résilience.

Ce texte polyphonique de l’auteur haïtien Guy Régis Jr a d’abord été présenté par les finissants de l’École supérieure de théâtre lors de l’édition 2019 de l’événement Territoires de paroles. Il apparaît alors évident pour tous que l’aventure ne s’arrêtera pas là. Les membres de la compagnie ERAPOP étaient au cœur de cette présentation et cette diffusion marque pour eux des débuts stimulants en ces temps particuliers.

« Jamais vu des interprètes investir si passionnément mon texte si tellurique. Si Lunaire. Si Nuageux. Si Humain. »
Guy Régis Jr

Le récit :

Une éclipse plonge tout un pays dans une obscurité que l’on croit devoir durer cent ans. Perpétue et Alexandre – qui ne sont pas sans rappeler Roméo et Juliette – sont projetés dans un drame qui les sépare. Perpétue veut à tout prix un enfant de son amoureux, malgré les injustices et la violence qu’elle a subies du père de ce dernier, l’obligeant à fuir. Personne ne peut l’empêcher de réaliser son désir et elle poursuit son errance sous les yeux d’un chœur de spectres insensibles à sa cause.

 

Supplémentaire mercredi 28 avril à 18 h

CONSULTER LE PROGRAMME DE SOIRÉE

 


DANS LES MÉDIAS

Entrevue avec l’équipe
M. Cloutier, En toutes lettres

Le discours parvient à lui seul à déployer une atmosphère mythique des plus fascinantes; l’investissement de l’espace scénique n’est alors qu’un heureux complément. Le phrasé de l’actrice et des acteurs s’en empare si bien qu’il serait permis de qualifier la pièce de mythologie contemporaine.
M. Desrosiers, Revue JEU

Un spectacle d’une grande puissance (…) Késia Demers est une révélation (…) Gabriel L’Archevêque, brille (…) Antoine Pelletier (toujours juste). (…) Mourir tendre résonne peut-être encore plus fort dans cette période incertaine où notre monde semble lui aussi obscurci par une éclipse qui ne veut pas finir…
S. Morin, La Presse ★★★½

 


EN IMAGES

 
 
 

Photos 1 et 2 – Daniel-Julien Inacio / Photos 3 à 6 – Patrice Levesque