Scène principale

Avant la retraite

De
Thomas Bernhard

Mise en scène
Catherine Vidal

Avec
Gabriel Arcand, Violette Chauveau, Marie-France Lambert

18 novembre au 13 décembre 2014

Résumé

ILS SONT TROIS : Rudolf Holler, ancien officier devenu juge et président du tribunal d’une petite ville, juste avant sa retraite, et ses deux sœurs, Vera et Clara. –– Cette journée est particulière. Le 7 octobre marque l’anniversaire d’un personnage politique notoire. C’est en l’honneur de ce dernier, leur grande idole, que Rudolph et Vera se préparent à une cérémonie reprise chaque année ; une célébration clandestine, nostalgique et ridicule. Tout est prêt, l’uniforme, les accessoires, le repas. Amas de ressentiments, d’histoires personnelles irrésolues et de rages idéologiques. Or, la journée avance, le mauvais sang monte, la cérémonie se terminera plus tôt que prévu.

Thomas Bernhard dirige son mépris contre tout esprit fascisant, qu’il se manifeste ouvertement ou de façon latente, drapé sous les exaltations patriotiques. L’auteur n’est pourtant pas l’écrivain des « bonnes intentions » ; il est beaucoup plus ambigu et farouchement perspicace. Aussi, est-il nécessaire de voir, tant dans ce texte que dans le spectacle qui en résultera, d’abord et surtout, un acte artistique. La metteure en scène et les acteurs s’approprieront cette matière riche et puissante en soulevant les réincarnations possibles et latentes de l’un des plus grands maux de notre civilisation, lesquelles hantent toujours notre époque.

Durée du spectacle : 1 h 45

Extrait de la pièce

Rudolf :

« Qui l’aurait cru Vera
Voilà les temps changent
D’abord dix ans caché dans un trou une cave
caché par toi et par Clara et puis tout d’un coup cet envol
Je n’ai aucune mauvaise conscience
De temps en temps l’air devient un peu lourd c’est
vrai même encore aujourd’hui
mais je n’ai aucune mauvaise conscience
il faudrait d’abord que tous les autres aient mauvaise
conscience
Je n’ai fait que mon devoir
et je n’ai pas ménagé ma peine
Je me suis mis au travail et j’en ai fait plus

qu’on ne pouvait me demander
Je n’ai pas ménagé ma peine
Je n’ai rien à me reprocher »

  • Production

    Le Groupe de la Veillée

  • De

    Thomas Bernhard

  • Mise en scène

    Catherine Vidal

  • Avec

    Gabriel Arcand, Violette Chauveau, Marie-France Lambert

  • Éclairages

    François Marceau

  • Bande son

    Francis Rossignol

  • Scénographie

    Geneviève Lizotte

  • Costumes

    Elen Ewing

  • Assistance à la mise en scène

    Alexandra Sutto

  • Visuel

    Adrienne Surprenant, Alexis Aubin

  • L’Arche est éditeur et agent théâtral du texte représenté

    www.arche-editeur.com

  • Partenaire de production

    Québecor

En vidéo
Dans les médias
  • Une pièce dense et forte […] La mise en scène de Catherine Vidal est impeccable, slalomant entre réalisme et métaphores.

  • Un trio grandiose d’acteurs […] Avant la retraite […] est un théâtre intelligent qui nous met en garde contre les comportements qui pourraient mener à une nouvelle dérive similaire au nazisme. […] Une grande pièce, à voir sans fautes.

  • Avant la retraite* est une œuvre subtile, tout en nuances […] plus que nécessaire.

  • Une pièce coup-de-poing. Un texte très fort.