Scène principale

Illusions

De
Ivan Viripaev

Mise en scène
Florent Siaud

Avec
Paul Ahmarani, David Boutin, Evelyne de la Chenelière, Marie-Eve Pelletier

17 mars au 11 avril 2015

Résumé

SUR LA SCÈNE, ILS SONT QUATRE : deux femmes et deux hommes, dans la trentaine, sans identité définie. Ils racontent l’histoire de quatre autres personnes, deux femmes et deux hommes aussi. Ils retracent minutieusement leurs vies, leurs amours, leurs disparitions, celles de Sandra, Dennis, Albert et Margaret, plus âgés qu’eux de presque un demi-siècle. Quatre vies, celles de deux couples unis dans une relation conjugale en bonne et due forme. Tous sont soudés par une indéfectible amitié. Mais entre eux, les amours se croisent, la confusion des sentiments s’installe. Rencontres, conversations, fascinations réciproques, attirances. Et ces Illusions, en quoi consistent-elles ? Est-ce l’amour qui est illusoire ? Ou bien est-ce sa force que de se nourrir d’illusions ? La plénitude n’est-elle possible que si nous vivons pleinement, avec et à travers nos illusions ? Voilà quelques-unes des questions et des incertitudes soulevées par ce texte envoûtant, nimbé de mystère…

L’auteur russe Ivan Viripaev délaisse ici les fracas de la révolte, qu’on a pu entendre dans Oxygène, pour produire une réflexion vertigineuse, mais pleine de sagesse, sur l’existence.

Durée du spectacle : 1 h 50

Invitation à lire l’entretien avec le metteur en scène Florent Siaud

Invitation à lire le communiqué

Invitation à lire le dossier de presse

  • Production

    Le Groupe de la Veillée

  • De

    Ivan Viripaev

  • Mise en scène

    Florent Siaud

  • Avec

    Paul Ahmarani, David Boutin, Evelyne de la Chenelière, Marie-Eve Pelletier

  • Éclairages

    Nicolas Descôteaux

  • Conception sonore

    Julien Éclancher

  • Scénographie et costumes

    Romain Fabre

  • Vidéo

    David B. Ricard

  • Assistance à la mise en scène

    Rosalie Leblanc Houle

  • Visuel

    Adrienne Surprenant, Alexis Aubin

  • Partenaire de production

    Hydro Québec

En vidéo
Dans les médias
  • La rencontre entre un metteur en scène à l’efficacité redoutable — Florent Siaud — le texte puissant du dramaturge russe Ivan Viripaev et le quatuor formé de Paul Ahmarani, David Boutin, Evelyne de la Chenelière et Marie-Eve Pelletier est heureuse. Illusions […] une réalité forte qui a tout pour faire vibrer. […] C’est vrai. C’est tendre. C’est tout, sauf un mirage.

  • Disons-le tout de suite, la réussite est totale ! Illusions est doux, insidieux et offre une lenteur enveloppante qui happe le spectateur et le fait voyager jusqu’aux tréfonds de l’âme humaine.

  • Très belle production de La Veillée […] Dans un magnifique cube bleu […] Illusions commence par l’un des plus beaux monologues qui soient sur l’amour, sa nature profonde et sa réciprocité. […] Le metteur en scène Florent Siaud dirige un fort joli bateau […].

  • Les comédiens sont impeccables, présents, et les rapports de l’un à l’autre d’une magnétique résonnance. Une œuvre essentielle du théâtre indépendant.

  • Une fois de plus, Florent Siaud fait sa marque et signe un spectacle fort intelligent, un objet insolite […] à ne pas manquer sous aucun prétexte. Il prouve sa capacité à mettre en valeur des textes complexes, sa qualité de directeur d’acteurs tout en portant une signature particulière et unique.

  • […] ce qui demeure est la nécessité d’être ensemble, la force des liens unissant le quatuor, la beauté de l’amitié dans laquelle tout le monde vibre de son individualité mais cherche à se fondre à l’autre, aux autres. Résultat: un spectacle d’une intelligence vibrante, posant des questions puissantes, dans un écrin esthétique soigné.

  • Une réussite sur toute la ligne. […] Pièce chorale […] partition d’une grande virtuosité, menée de main de maître par Florent Siaud. […] Un feu roulant ! Quelle belle idée du Groupe de la Veillée d’avoir proposé ce texte ! […]

  • […] le texte en tant que tel est superbe. Ces questionnements sur l’amour, sur la nécessité de la réciprocité, font tantôt sourire, tantôt réfléchir et font mal aussi parfois.