LABO#1
Forêt
et tempête

Scène principale

Résumé

Il aura fallu à Goethe près de soixante ans pour écrire Faust I et Faust II. C’est l’histoire orageuse d’un savant et du diable qui arpentent le vaste monde. C’est peut-être la fresque la plus folle du théâtre occidental. C’est un miroir tendu à notre présent, réfléchissant une foule de sujets contemporains, allant du consentement amoureux à la colonisation, en passant par la crise de la science, l’invention du posthumain, la naissance de la spéculation, la répression des révoltés ou l’effondrement de la nature.

Le metteur en scène Florent Siaud fait le pari fou de confier la réécriture de cette épopée à douze auteurs de différents continents. Les dramaturges français Guillaume Poix, Marine Bachelot-Nguyen et Pauline Peyrade ouvrent le bal en livrant la première partie de l’aventure, Forêt et Tempête. Cette première lecture publique sera le point d’orgue d’une semaine d’exploration sur ce projet déraisonnable.

  • Sous la direction de

    Florent Siaud

  • Avec

    Marc Béland, Sophie Cadieux, Francis Ducharme, Émilie Monnet, Dominique Quesnel

  • Lumières

    Nicolas Descôteaux

  • Vidéo

    David B. Ricard

  • Son

    Julien Éclancher

  • Espace

    Romain Fabre

  • Une présentation de

    La compagnie Les songes turbulents, en collaboration avec le théâtre Prospero et Le Groupe de la Veillée

Journal de bord
« Des rêveries immémoriales aux imaginaires transhumanistes en passant par les loups de Wall Street, je me laisse basculer d’un territoire à un autre. (…) Un grand défi d’alchimie dramaturgique est en train de se faire et se défaire sous mes yeux. »
Florent Siaud
Depuis 2011, le metteur en scène développe son travail entre l’Europe et le Canada. Passionné par les écritures théâtrales des XXe et XXIe siècles, il met en scène des textes éclatés et corrosifs comme Quartett de Müller (La Chapelle), 4.48 Psychose de Kane (La Chapelle), Don Juan revient de la guerre de von Horváth (Théâtre Prospero), Toccate et fugue de Lepage (Centre du Théâtre d’Aujourd’hui), Les Enivrés de Viripaev (Théâtre Prospero), ou Nina, c’est autre chose de Vinaver (La Chapelle). Il aborde aussi des classiques comme La Dispute de Marivaux (Studio Alfred-Laliberté), Les Trois sœurs de Tchekhov (Monument national) et Britannicus de Racine (Théâtre du Nouveau Monde). À l’opéra, il a mis en scène Le Combat de Tancrède et Clorinde de Monteverdi, ainsi que Pelléas et Mélisande de Debussy. Dans les dernières années, plusieurs spectacles de sa compagnie Les songes turbulents ont été finalistes ou lauréats aux prix de la critique.