Saison
2021-2022

Scène principale

  • PLATONOV AMOUR HAINE ET ANGLES MORTS

    23 novembre au 11 décembre 2021
    Scène principale

    Coproduction Le Groupe de la Veillée et LA FABRIK

    Figure intemporelle de trouble-fête, Platonov ramène sa cruelle lucidité au bal des masques. Ce grand classique de Tchekhov est sa toute première pièce écrite à 18 ans. Et pourtant, elle contient TOUT Tchekhov : l’observation minutieuse d’une société en déliquescence, suspendue entre stagnation, ennui et devenir incertain dans laquelle les individus se heurtent les uns contre les autres en éprouvant le vide qui les habite.

    Dans une nouvelle traduction signée Michel Tremblay, Angela Konrad donne à nouveau corps à son audacieuse adaptation acclamée en 2018 au Prospero. À travers cette reconstitution d’un meurtre passionnel, elle tente d’éclairer l’individu contemporain, son rapport à l’amour et ses pathologies. Elle nous mène ainsi tout droit dans l’intimité des relations humaines en mettant en lumière de façon extraordinaire certains stéréotypes qui existent depuis toujours sur le plan des genres et des normes.

    Durée : 2 h environ

  • SOLSTICE
    D’HIVER

    11 au 29 janvier 2022
    Scène principale

    Une production du Groupe de la Veillée,
    en coproduction avec le Théâtre français de Toronto

    Un appartement nouveau bourgeois. C’est la plus longue nuit de l’année. Les mélodies de Bach et de Chopin comme ritournelles récurrentes. Sous le même toit, un couple un peu usé, leur enfant unique et la mère de la jeune femme. Les dynamiques interpersonnelles, déjà tendues, se complexifient quand un inconnu apparaît sur le pas de la porte à l’approche de Noël. L’encombrant invité aux origines obscures éveille à la fois soupçons, fantasmes et délires paranoïaques.

  • QUAND NOUS NOUS SERONS SUFFISAMMENT TORTURÉS

    15 février au 5 mars 2022
    Scène principale

    Coproduction Le Groupe de la Veillée et Carte blanche

    Adaptée d’un roman choc du 18e, la pièce est sous-titrée Douze variations sur Pamela de Samuel Richardson. Elle met en scène une jeune servante qui ne voulant pas céder aux avances de son patron, Mr B., est séquestrée et se voit offrir un contrat de mariage et beaucoup d’argent.

    Cette femme, coincée dans une chambre, incapable de s’enfuir, tente, par l’écriture, de reprendre le contrôle du récit de sa vie. Mais ses pensées, ses mots et ses gestes sont-ils bien les siens ? Dans cette chambre close retentissent les éclats de voix d’un duel entre un homme et une femme à la répartie tranchante.

  • The One Dollar
    Story

    22 mars au 16 avril 2022
    Scène principale

    Partenaire de production

    Coproduction Le Groupe de la Veillée et Act Opus (France)

    Au chevet de son père adoptif mourant, une jeune femme se voit dévoiler un secret qui vient troubler l’histoire qu’elle a toujours tenue pour vraie sur ses parents biologiques. Résolue à démêler le vrai du faux quant aux circonstances de son abandon, Emily Casterman prend la route pour aller à la rencontre des témoins de la fragile idylle dont elle est le fruit. Tenant de l’album de famille, The One Dollar Story raconte son enquête à travers les grands espaces américains.

    Au cœur de ce road-trip se trouvent un mystérieux billet d’un dollar et une question au fondement de tout individu : est-ce que je vis bien la vie que je suis censée vivre ?

  • 4.48 Psychose

    15 au 22 mai 2022
    Scène principale

    Production Les songes turbulents

    Figure sulfureuse de la dramaturgie britannique, Sarah Kane signe avec 4.48 Psychose sa pièce ultime, traversée par l’intuition oppressante de la mort comme par une étonnante pulsion de vie. Derrière les éclats poétiques d’un texte fragmentaire émerge la voix d’une femme brillante qui veut rester intègre avec elle-même, sans se conformer aux normes sociales.

    Pour le metteur en scène Florent Siaud, ce chef-d’oeuvre absolu du répertoire contemporain « déploie la parole javelot d’une femme-littérature, d’une femme-lucidité ». S’appuyant sur le rythme d’une efficace traduction québécoise et un environnement scénique quasiment lynchéen, la performance physique de Sophie Cadieux entraîne le public dans une traversée de l’ombre et de la lumière.

    D’abord présentée au Théâtre La Chapelle, en 2016, puis au Théâtre Paris-Villette en France, cette création des Songes turbulents a été saluée aux Prix de la CQT 2016 (finaliste catégorie mise en scène, lauréate [Sophie Cadieux] catégorie interprétation féminine).

Salle intime

  • L’ÂGE DU
    CONSENTEMENT

    25 janvier au 12 février 2022
    Salle intime

    Production Théâtre de la Pièce cassée

    Une fille-mère incite sa fille de six ans à devenir une enfant-actrice. L’autre raconte l’histoire de Timmy 18 ans, l’enfant-tueur sur le point d’être relâché de l’unité sécurisée d’un centre de détention pour mineurs. Aller-retour constant entre le repoussoir et l’empathie, la pièce est conçue comme un examen moral sérieux sur ce que la société contemporaine fait aux enfants. S’inspirant d’un événement qui a réellement eu lieu en Angleterre, en 1993, l’auteur Peter Morris traite avec humour, chaleur et empathie de la fin d’une époque — l’enfance et les balbutiements d’une autre — l’âge adulte. Cette démarcation arbitraire que nous nommons l’âge du consentement. Celle où débute notre capacité de jugement.

  • NOTRE
    PETITE MORT

    1er au 19 mars 2022
    Salle intime

    Production Production Émilie Lajoie

    Comme une évidence, Pascale savait qu’elle allait un jour devenir mère. Sentir la vie grandir dans son ventre, dans ses tripes. Et si la vie, justement, se voulait autrement ? Et si ce n’était pas possible ? Jamais. Une pièce bouleversante sur le désir d’enfant, sur l’incapacité d’exaucer ce désir, sur la difficile route d’un couple qui s’aime mais n’arrive pas à donner la vie. Écrite et interprétée avec une grande maturité par la jeune finissante du Conservatoire d’art dramatique de Montréal, Émilie Lajoie, Notre petite mort offre un doux regard sur ce deuil tabou.

    La pièce pénètre ainsi dans l’intimité de deux êtres qui espèrent, se déchirent, se raccrochent, et devront apprendre à cesser de croire à leur rêve. Chaque étape décisive de la vie de Pascale et de Martin mène à ce cruel constat. En filigrane se pose la question de la maternité comme accomplissement ultime des femmes et des suites d’une relation lorsque cette éventualité n’est plus possible.

  • À TOI,
    JE PEUX TOUT DIRE

    5 au 23 avril 2022
    Salle intime

    Production Théâtre du Réel

    C’est l’histoire de trois femmes, victimes de leur époque, qui se battent pour leur survie. Entre elles, des liens sans frontières, durs, mais toujours vrais. Un fils aimant qui les écoute. Une intrigue qui se dévoile en pelures d’oignons. Et de l’amour. Plein. C’est aussi une déclaration d’amour de l’auteur à sa mère et aux femmes qui ont façonné sa vie. Dans une écriture rythmée qui alterne monologues, dialogues et morceaux pour chœur, l’auteur économise les mots pour dire davantage.

    Le Théâtre du Réel vient de naître. Il veut raconter le vrai et ses distorsions. Avec la distance qui le bonifie de la fiction.

  • LE FILS
    DE SA MÈRE

    3 au 14 mai 2022
    Salle intime

    Production La Très Neuve Compagnie

    Le fils de sa mère est un solo écrit à partir des messages vocaux que la mère de Julien Storini laissait sur son répondeur lorsqu’il vivait loin d’elle à Montréal. Il s’agit d’un spectacle docu-fiction. Un documentaire intime, déplacé dans un lieu imaginaire. Le portrait d’une famille à travers les yeux d’un fils devenu comédien. Le dessin d’une rupture géographique, sociale, culturelle, entre Julien et ses parents. Un spectacle sur sa mère, pour sa mère, avec sa mère. De toute façon, comme le dit Micheline Storini, « quand il y a mère dans un titre, ça marche : Tout sur ma mère, J’ai tué ma mère, Le château de ma mère, Les dents de la mer».