En vente à la mi-novembre

Salle intime

L’ÂGE DU
CONSENTEMENT

TEXTE
PETER MORRIS

Traduction
Serge Mandeville

Mise en scène
Philippe Gauthier

AVEC Isabeau Blanche, Dominik Dagenais

janvier 2022
mardi 2520 h 15
mercredi 2619 h 15
jeudi 2720 h 15
vendredi 2819 h 15
samedi 2916 h 15
février 2022
mardi 120 h 15
mercredi 219 h 15
jeudi 320 h 15
vendredi 419 h 15
samedi 516 h 15
mardi 820 h 15
mercredi 919 h 15
jeudi 1020 h 15
vendredi 1119 h 15
samedi 1216 h 15
Résumé
Deux monologues.
Une fille-mère incite sa fille de six ans à devenir une enfant-actrice. L’autre raconte l’histoire de Timmy 18 ans, l’enfant-tueur sur le point d’être relâché de l’unité sécurisée d’un centre de détention pour mineurs. Aller-retour constant entre le repoussoir et l’empathie, la pièce est conçue comme un examen moral sérieux sur ce que la société contemporaine fait aux enfants. S’inspirant d’un événement qui a réellement eu lieu en 1993 en Angleterre, l’auteur Peter Morris traite avec humour, chaleur et empathie de la fin d’une époque — l’enfance et les balbutiements d’une autre — l’âge adulte. Cette démarcation arbitraire que nous nommons l’âge du consentement. Celle où débute notre capacité de jugement.
  • Production

    Théâtre de la Pièce cassée

  • Texte

    Peter Morris

  • Traduction

    Serge Mandeville

  • Mise en scène

    Philippe Gauthier

  • Avec

    Isabeau Blanche, Dominik Dagenais

  • Scénographie et costumes

    Floriane Vachon

  • Lumières

    Isaac Béliveau

Peter Morris
Philippe Gauthier
Philippe Gauthier est diplômé en interprétation de l’École de théâtre de Saint-Hyacinthe (2018). Artiste curieux et passionné, il se perfectionne en éclairage et en vidéo. Metteur en scène, il est lauréat du 2e prix du Festival Fous de théâtre – Édition gourmande et du 1er prix l’année suivante. En 2019, sa production Cour d’école est en nomination pour le Prix de la meilleure production francophone au Fringe. Mu par la volonté d’ancrer sa démarche dans la pérennité, il cofonde le Théâtre de la Pièce cassée. Son cheminement l’amène à découvrir des dramaturgies nouvelles — des œuvres jamais montées et jamais traduites au Québec —, tout en cultivant un fort attrait pour le travail in situ. Récemment, il réécrivait et mettait en scène une nouvelle version de L’oiseau bleu de Maeterlinck. L’œuvre comportait un important volet en médiation culturelle avec les jeunes des camps de jour de Vaudreuil-Dorion. Plusieurs de ses projets de mise en scène sont en chantier pour les années à venir.
Photo