Scène principale

Les larmes amères de Petra Von Kant

De
Rainer Werner Fassbinder

Mise en scène
Félix-Antoine Boutin

Traduction
Frank Weigand

Avec
Florence Blain Mbaye, Anne-Marie Cadieux, Sophie Cadieux, Lise Castonguay, Marianne Dansereau, Patricia Nolin

19 mars au 6 avril 2019

Résumé

La pièce traite de la rencontre foudroyante de deux femmes de générations et de milieux différents, de leur relation amoureuse tortueuse. Un monde où les corps et les esprits sont des territoires à conquérir. Petra est l’incarnation d’une insatisfaction constante face au monde, de l’acharnement à devenir, à naître à soi. Dans cet environnement de noyade et d’étouffements, les négociations relationnelles se tissent par transactions intimes, comme si l’univers social dans lequel vivent ces femmes s’imprimait en elles. Elles deviennent ainsi les effigies complexes des maux de notre époque.

Cette œuvre phare de Fassbinder présente un portrait de femme éclatant qui offre un terrain de jeu fabuleux pour sonder l’imagerie complexe des pulsions humaines menées par une force qui ne tient pas de la logique, mais laisse place au contraire à la métaphore et à la poésie.

Au-delà du drame psychologique, ce matériau s’est présenté comme une nouvelle avenue d’écriture scénique pour Félix-Antoine Boutin.

Durée : 1 h 25 sans entracte

Supplémentaires Samedi 6 avril à 20 h 30

Prospero +
Rendez-vous du mercredi
Mercredi 27 mars après la représentation

Un moment privilégié de rencontre et de discussion autour de la pièce, en présence de l’équipe artistique et d’une invitée : NADÈGE GREBMEIER FORGET, artiste visuelle et performeuse.
  • Production

    Création Dans la Chambre et Théâtre du Trillium

  • De

    Rainer Werner Fassbinder

  • Mise en scène

    Félix-Antoine Boutin

  • Traduction

    Frank Weigand

  • Adaptation

    Gabriel Plante

  • Avec

    Florence Blain Mbaye, Anne-Marie Cadieux, Sophie Cadieux, Lise Castonguay, Marianne Dansereau, Patricia Nolin

  • Conseillère artistique

    Sophie Cadieux

  • Assistance à la mise en scène et régie

    Emily Vallée-Knight

  • Scénographie

    Odile Gamache

  • Costumes

    Elen Ewing

  • Lumières

    Julie Basse

  • Composition musicale

    Christophe Lamarche-Ledoux

  • ©

    L’Arche Éditeur

  • Crédit photos

    Maxim Paré-Fortin et Guillaume Langlois

Photos
En vidéo
Dans les médias
  • Boutin et ses collaborateurs ont imaginé un superbe écrin, un appartement carmin qui n’est autre qu’une scène sur laquelle Anne-Marie Cadieux, née pour jouer ce rôle mythique, règne comme une reine.

  • Ce n’est pas exactement à une mise en scène que se livre Félix-Antoine Boutin. Plutôt à une possession obsédante des personnages en question, comme s’il les incarnait tous (toutes). Une sorte de mise en abyme foudroyante qui opère magnifiquement bien sur la scène du Prospero.

  • Il faut souligner la performance sublime d’Anne-Marie Cadieux traversée par de puissantes émotions. Exceptionnelle. Sophie Cadieux, conseillère artistique sur le projet, incarne merveilleusement l’amante manipulatrice et cruelle.

  • Le plaisir d’abandon que partagent les six interprètes occasionne de merveilleux moments de complicité.

  • Anne-Marie Cadieux est extraordinaire dans ce rôle très exigeant physiquement et émotionnellement. Elle nous capture, nous envoûte et elle est follement, terriblement et profondément bonne dans ce rôle qu’on pourrait croire taillé sur mesure pour elle.

  • Entrevue radio avec Anne-Marie Cadieux

  • Entrevue avec Anne-Marie Cadieux et Sophie Cadieux

  • Entrevue avec Anne-Marie Cadieux et Félix-Antoine Boutin