Scène principale

Blackbird

De
David Harrower

Mise en scène
Téo Spychalski

Avec
Gabriel Arcand, Marie-Eve Pelletier, Rebecca Vachon

8 au 23 septembre 2011

Résumé

Le contexte de l’action est simple, en apparence…Quinze ans après l’aventure amoureuse d’un homme d’âge mûr avec une jeune fille — beaucoup trop jeune à l’époque — le duo se rencontre à nouveau, inopinément, après le crime et après le châtiment, puisque l’homme a été jugé puis emprisonné à la suite de son geste. Le thème est donc celui de l’attirance illicite, avec ses inévitables et dramatiques conséquences sociales et légales.

Dans la pièce de HARROWER, il n’est pas question d’une justification de cet acte, pas plus que de sa condamnation; il s’agit de toucher aux aspects surprenants, cachés et certes douloureux, des rapports qu’ont les humains pris au piège par eux-mêmes et par la société.

Ce sujet est traité de manière peu orthodoxe par l’auteur. Sont ici en jeu l’ambiguïté des motifs et des impulsions, les malentendus causés par les préjugés, les blocages et les résistances. La rencontre des deux personnages est un dialogue existentiel pur, dialogue théâtralement novateur. Il n’y a rien de superficiellement sentimental dans cette confrontation, au contraire. En dessous de l’expression verbale conventionnelle court une ligne dramatique clandestinement subversive.

David HARROWER, une voix singulière de la jeune dramaturgie écossaise contemporaine. Ses pièces se distinguent par un travail sur le langage qui atteint à la condensation et à la poésie et qui cherche à exprimer le chaos des consciences et de la vie.

  • Production

    La Veillée

  • De

    David Harrower

  • Mise en scène

    Téo Spychalski

  • Avec

    Gabriel Arcand, Marie-Eve Pelletier, Rebecca Vachon

  • Scénographie

    Véronique Bertrand

  • Lumières

    Mathieu Marcil

  • Costume de Una

    Marie-Noëlle Klis

  • Illustration

    Corinne Bève

Photos
En vidéo
Dans les médias
  • Une pièce qui nous remue, c’est absolument à voir […] Quatre étoiles bien méritées.

  • Blackbird. Essentielle subversion. […] Les voix comme celles de Harrower s’avèrent extrêmement précieuses.

  • Un petit bijou d’écriture […] tout est formidablement bien rendu […]. La direction d’acteurs […] finit par nous mettre au plancher.

  • Gabriel Arcand et Marie-Eve Pelletier […] livrent une performance d’une intensité soutenue.