Scène principale

Yvonne, princesse
de Bourgogne

De
Witold Gombrowicz

Mise en scène
Louis-Karl Tremblay

Traduction
Geneviève Serreau, K.A. Jelenski

Avec
Peter Batakliev, Markita Boies, Stéphanie Cardi, Luc Chandonnet, Sébastien David, Maxime Desjardins, Alain Fournier, Simon Fréchette-Daoust, Ariane Lacombe, Gabriel Lessard, Katherine Mossalim, Yan Rompré, Audrée Southières, Francis William-Rhéaume

29 novembre au 17 décembre 2011

Résumé

Contre toute attente, le prince Philippe se fiance à la repoussante Yvonne. Sa laideur, son silence, sa mollesse, son manque de forme et sa totale absence de charisme suscitent fascination, incompréhension et consternation chez tous les membres de la cour de Bourgogne. Ceux-ci, qui tentent d’abord de changer et de former la misérable à leur image, doivent se soumettre à l’évidence : ils n’ont aucune emprise sur elle. L’échec de leurs multiples tentatives causera rapidement la panique, puis le chaos.

L’un des auteurs polonais les plus marquants du XXe siècle, Witold Gombrowicz est sans contredit subversif et fin observateur du genre humain. Il use de son talent pour la parodie et pour manier le langage afin de cerner de manière désarmante l’absurdité des rapports humains. Dans Yvonne, princesse de Bourgogne, première pièce de l’auteur, naît sa prédilection pour « l’anarchie illimitée de la forme » et son « éloge de l’immaturité ».

Yvonne, princesse de Bourgogne pose de sombres réflexions sur l’identité et les comportements en société. Les filiations tordues et parfois perverses entre les personnages nous confrontent à notre humanité, plus précisément à la « forme » que nous choisissons de prendre dans nos rapports et dans le regard des autres.

Théâtre Point d’Orgue (TPO) réfléchit sur l’identité individuelle et collective. Il utilise la choralité et l’image scénique afin de développer un langage et une forme narrative uniques. En revisitant Yvonne, princesse de Bourgogne, le TPO amorce une réflexion sur la manière dont se définit l’individu dans sa relation aux autres.

  • Production

    Théâtre Point d’Orgue

  • De

    Witold Gombrowicz

  • Mise en scène

    Louis-Karl Tremblay

  • Traduction

    Geneviève Serreau, K.A. Jelenski

  • Avec

    Peter Batakliev, Markita Boies, Stéphanie Cardi, Luc Chandonnet, Sébastien David, Maxime Desjardins, Alain Fournier, Simon Fréchette-Daoust, Ariane Lacombe, Gabriel Lessard, Katherine Mossalim, Yan Rompré, Audrée Southières, Francis William-Rhéaume

  • Scénographie

    Karine Galarneau

  • Musique originale

    Michel Smith

  • Lumières

    Nancy Bussières

  • Costumes

    Fannie Breton Yockell

  • Crédit photo

    Louis-Karl Tremblay