Scène principale

Personal Jesus

Mise en scène
Jacques Brochu

5 au 15 janvier 2012

Résumé

De janvier à juin 2008, Gaétan Nadeau squatte le studio du Québec à Rome. À travers les chocs esthétiques suscités par toutes ces œuvres qui l’entourent, chocs qui magnifient la foi catholique, ou ses découvertes des mœurs italiennes, il se laisse prendre au jeu de l’écriture, accompagné par les écrits poétiques impudiques de Pasolini, Les mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar et Voyage en Italie de Chateaubriand.

De retour au Québec, il entreprend l’adaptation scénique de son carnet de voyage pour en faire son premier solo. Entre impressions de voyage, anecdotes intimes et morceaux chorégraphiés, il peint une fresque baroque et impressionniste où Donald Lautrec zyeute l’extase de Sainte-Thérèse et où la voûte de Michel-Ange côtoie la retransmission télévisée de la messe dominicale Le jour du Seigneur. À 47 ans, étendu sur son récamier velu dans son slip trop étroit, il s’offre un rebirth dans le berceau de la civilisation occidentale.

Gaétan Nadeau est à la fois auteur, comédien, danseur et performeur et se produit sur différentes scènes, ici et à l’étranger, depuis plus de vingt ans. Comme comédien, il a travaillé auprès des metteurs en scène Brigitte Haent Jens, Jacob Wren, Denis Marleau, Éric Jean, Oleg Kisseliov, Élisabeth Albahaca et Jean-Marie Papapietro, entre autres.

Personal Jesus, son premier solo, a été présenté au Théâtre La Chapelle, a bénéficié d’une résidence de création à l’Usine C pour ensuite être présenté au Centre National des Arts d’Ottawa.

Le texte ci-dessus est reproduit avec l’aimable autorisation du CNA.

  • Gaétan Nadeau en coproduction avec

    le Théâtre français du Centre national des Arts d’Ottawa

  • Mise en scène, lumières et vidéographie

    Jacques Brochu

  • Mise en scène et dramaturgie

    Marie-Stéphane Ledoux

  • Conception sonore

    Alexander Macsween

  • Conception et réalisation des objets scénographiques

    Benoît Bourdeau

  • Collaboration au design costume

    Brigitte Comeau

  • Crédit photo

    Angelo Barsetti