Salle intime

GROS GARS

Texte
Mathieu Gosselin

Mise en scène
Sophie Cadieux

Avec
Mathieu Gosselin

Acheter des billets
janvier 2023
mardi 3120 h 15
février 2023
mercredi 119 h 15 (Complet)
jeudi 220 h 15
vendredi 319 h 15
samedi 416 h 15
mardi 720 h 15
mercredi 8 *19 h 15
jeudi 920 h 15
vendredi 1019 h 15
samedi 1116 h 15
mardi 1420 h 15
mercredi 1519 h 15
jeudi 1620 h 15
vendredi 1719 h 15
samedi 1816 h 15
* Rencontre avec l’équipe après la pièce
En savoir plus
Résumé

« Gros gars triste se dit qu’il serait bien debout. »

Gros gars est l’alter-ego de l’auteur et comédien Mathieu Gosselin, une facette de sa personnalité qui apparaît fréquemment pour l’empêcher d’avancer. Né « deep and delicious, double crème, triple chocolat », puis devenu « pizza pochette, pogo et bâtonnets de poisson », Gros gars remet tout au lendemain, étourdi par ses peurs et les défaites du quotidien. Pour lui, la procrastination est un art de vivre. Mais son inconstance lui fait également prendre d’heureux détours qui s’avèrent parfois productifs et créatifs.

Sur une scène encombrée d’artefacts technologiques en apparence vétustes tout droit sortis des années 80-90, Mathieu nous invite dans son univers et se dévoile doucement à travers sa poésie. Entre un vieux lecteur CD, une pile de poèmes écrits au secondaire et au Cégep qu’il nous lit au hasard et une multitude de t-shirts noirs de groupes rock différents, il fouille avec humour et humilité les reliques du passé. Il s’inquiète d’une foule de choses, dont la mort de la fiction, et se questionne sur le manque de rigueur, le doute, son propre potentiel et ce qu’il choisit d’en faire.

Porté par le Théâtre de la Banquette arrière et dirigé par sa complice Sophie Cadieux, l’auteur de Province, Ils étaient quatre et La fête sauvage nous offre à nouveau ce solo présenté à guichet fermé en 2021 à La Licorne. Cet objet théâtral allie performance musicale éclatée aux sonorités rap, stand up ludique et récital de poésie. Enfin, une question demeure : est-ce que Mathieu, assisté de Gros gars, réussira à finir son spectacle?

  • Durée

    1 h 20

  • Une création de

    La Banquette arrière

  • Texte

    Mathieu Gosselin

  • Mise en scène

    Sophie Cadieux

  • Avec

    Mathieu Gosselin

  • Idéation et dramaturgie

    Mathieu Gosselin

  • Lumières

    Leticia Hamaoui

  • Scénographie

    Julie Vallée-Léger

  • Conception sonore

    Frédéric Auger

  • Costumes

    Francis-William Rhéaume

  • Interlocuteur sensible

    Justin Laramée

Photos du spectacle
Mathieu Gosselin
Mathieu Gosselin s’illustre sur la scène culturelle québécoise comme acteur et auteur. Il a été de la distribution des pièces Suprême deluxe, écrite et mise en scène par Sébastien Dodge; Caligula remix, du metteur en scène Marc Beaupré; Des souris et des hommes, mise en scène par Vincent-Guillaume Otis; et il a fait partie de la distribution des Sorcières de Salem sous la direction d’Édith Patenaude. Collaborant avec le Théâtre de la Pire Espèce, on peut le voir dans Ubu sur la table et dans Persée, dont il est également le coauteur, en plus d’avoir participé à l’écriture de Gestes impies et Futur intérieur. On peut aussi apprécier le travail de Mathieu dans J’aime Hydro, en représentation devant public et dans les captations vidéo et audio qui ont permis d’atteindre un vaste auditoire. En 2021, il présentait la première mouture de son spectacle solo à La Licorne sous le titre Gros gars, prise de parole poétique et analogique. Au petit écran, il a été de plusieurs séries dont Série noire, Le Phoenix, C’est comme ça que je t’aime et M’entends-tu?.
Mathieu Gosselin est également l’auteur de La fête sauvage et de Province, spectacles créés par La Banquette arrière à La Licorne en plus de diriger l’écriture collective de Silence radio à Espace Libre. Il a co-écrit Ils étaient quatre avec Mani Soleymanlou. En 2010, il a obtenu le prix Louise-La Haye pour la co-écriture du texte Éclats et autres libertés du Théâtre Le Clou avec qui il a aussi collaboré aux éditions 2019 et 2021 de Scriptarium.
Sophie Cadieux
Artiste au pluriel, Sophie Cadieux a participé à plus d’une trentaine de spectacles. En 2016, elle est récipiendaire du Prix de la critique de l’Association québécoise des critiques de théâtre (AQCT), catégorie « meilleure interprétation féminine de l’année », pour 4.48 Psychose de Sarah Kane, dans une mise en scène de Florent Siaud, qu’elle retrouve en 2017 dans Toccate et fugue, d’Étienne Lepage (Centre du Théâtre d’Aujourd’hui). Dans les dernières années, on a pu la voir dans La Fureur de ce que je pense sur des textes de Nelly Arcand (spectacle repris en septembre 2018 aux Francophonies du Limousin de Limoges) ou encore La Vie utile sur un texte d’Evelyne de la Chenelière (présenté au Festival Trans-Amérique 2018 de Montréal), deux productions d’ESPACE GO. Également excellente improvisatrice, Sophie Cadieux a reçu le Trophée Pierre Curzi - Recrue de l’année, remis par la Ligue Nationale d’improvisation (LNI). En 2011, elle est nommée Artiste en résidence au Théâtre ESPACE GO. En 2014, elle y signe sa première mise en scène avec la pièce Tu iras la chercher de Guillaume Corbeil. Elle a également été cofondatrice et codirectrice artistique du Théâtre de la Banquette arrière.
Au petit écran, on a pu apprécier l’étendue de son talent d’interprète dans plusieurs séries québécoises où elle est apparue et plus particulièrement dans la série Rumeurs, en début de carrière, où elle s’est faite connaître du grand public grâce à son interprétation touchante de la colorée Clara. Elle fut également en nomination pour plusieurs rôles (Les Lavigueur, la vraie histoire; Stan et ses stars), mais c’est la série jeunesse Watatatow qui lui a valu une nomination dans un premier temps, ainsi qu’un prix Gémeaux l’année suivante. Récemment, on a eu le plaisir de la voir dans le rôle principal de la série Lâcher prise, rôle pour lequel elle a raflé un prix d’interprétation au Gala des prix Gémeaux, le gala télévisé le plus estimé dans l’industrie au Québec.
Au cinéma, elle n’est pas en reste puisqu’elle a notamment fait partie de la distribution des films La vallée des larmes de Maryanne Zéhil, Funkytown de Daniel Roby, Tromper le silence de Julie Hivon, Jaloux de Patrick Demers, Les rois mongols de Luc Picard, ainsi que du court métrage Quelqu’un d’extraordinaire, de Monia Chokri.
Photos
Dans les médias
  • Mathieu Gosselin, c’est un acteur que j’aime beaucoup ! (…) Gros gars, c’est une mise en abime. C’est le partage de sa poésie mise en scène par Sophie Cadieux. C’est de la musique. C’est une marche dans le passé. Ce sont des réflexions prudentes. (…) Ça m’a fait beaucoup réfléchir. On a tous un gros gars en nous. Cette petite voix qui nous tire vers le bas et qui faut savoir s’en débarrasser.

  • Gros gars, prise de parole poétique et analogique : l’univers foisonnant d’un artiste multifacettes. (…) Il ose ainsi se révéler dans sa singularité et ses imperfections, exposer sa vision du monde et ses questionnements, et nous porte à réfléchir sur ce qui nous motive, ce que nous réalisons ou que nous n’achevons jamais…

  • Sophie Cadieux, qui signe la mise en scène, a su cerner tout l’humour et toute la sensibilité de l’auteur et comédien. Les décors conçus par Julie Vallée-Léger et les costumes créés par Francis-William Rhéaume (dont la splendide cape du Capitaine Punk Rock !) viennent compléter cette incursion privilégiée dans le monde coloré de Mathieu, qui lui se livre avec une grande générosité.

  • Affiche

    Design par Principal