Salle principale

INSOUTENABLES LONGUES ÉTREINTES

Texte
IVAN VIRIPAEV

Traduction
Galin Stoev, Sacha Carlson

Mise en scène
Philippe Cyr

Avec Christine Beaulieu, Marc Beaupré, Joanie Guérin, Simon Lacroix

Acheter des billets
mars 2023
mardi 2820 h
mercredi 2919 h
jeudi 3020 h
vendredi 3119 h
avril 2023
samedi 116 h
mardi 420 h
mercredi 5 *19 h
jeudi 620 h
vendredi 719 h
samedi 816 h
mardi 1120 h
mercredi 1219 h
jeudi 1320 h
vendredi 1419 h
samedi 1516 h
* Rencontre avec l’équipe après la pièce
En savoir plus
Résumé

« Elle ferme les yeux, et juste derrière ses paupières, il y a un dauphin. »

Entre New York et Berlin, quatre jeunes adultes se gavent de sexe, de drogue et de repas végétariens. Au cœur d’un mouvement d’autodestruction frôlant le cliché, ces trentenaires plongent dans une quête d’absolu à la fois féroce et mystique. Il est question d’avortement, d’adultère et de recherche avide de plaisir.

Puis un vif pressentiment les envahit, une intuition presque divine : leurs vies changeront radicalement de direction. S’entame alors un dialogue avec l’univers. Tantôt dauphin, tantôt serpent, une douce voix apparaît pour les aider à traverser l’enfer et à ressentir l’impulsion. Celle qui part du centre. De soi. Une véritable étreinte pour l’âme, une promesse de plénitude.

Jamais présenté au Québec, ce texte déroutant de l’incontournable auteur Ivan Viripaev est un défi tout désigné pour le metteur en scène Philippe Cyr. Il s’agit d’une première mise en scène au Prospero depuis qu’il en assure la direction artistique. Il retrouve pour l’occasion sa complice Christine Beaulieu, après la grande aventure de J’aime Hydro. Marc Beaupré, Joanie Guérin et Simon Lacroix complètent cette superbe distribution.

  • Une création du

    Prospero

  • Texte

    Ivan Viripaev

  • Traduction

    Galin Stoev, Sacha Carlson

  • Mise en scène

    Philippe Cyr

  • Avec

    Christine Beaulieu, Marc Beaupré, Joanie Guérin, Simon Lacroix

  • Lumières

    Cédric Delorme-Bouchard

  • Scénographie

    Odile Gamache

  • Costumes

    Wendy Kim Pires

  • Musique

    Vincent Legault

Ivan Viripaev
Né en 1974 à Irkoutsk en Sibérie, Ivan Viripaev a connu un passé rude entre alcoolisme, vols à mains armées et séjour en prison. Le théâtre a orienté sa vie, autrement, même si à ses yeux le banditisme et le théâtre auraient en commun «le romantisme et l’escroquerie».
De son répertoire, deux productions antérieures ont été présentées au Prospero : Oxygène, dirigée par Christian Lapointe, et Illusions, déjà sous la gouverne de Florent Siaud et avec Marie-Ève Pelletier parmi les interprètes. Pour cette dernière et Evelyne Rompré, l’écriture de Viripaev permet de révéler bien des «vérités extrêmes» et de «sortir du mensonge».
Entre 2001 et 2015, il réside à Moscou où il s’impose comme une figure majeure du Nouveau drame russe. Il assure, de 2013 à 2015, la direction artistique d’une des trois scènes les plus innovantes à Moscou, le Praktika. Il a scénarisé et réalisé quatre longs métrages pour le cinéma.
Depuis 2016, il vit avec sa famille à Varsovie où il met en scène les versions polonaises de ses textes. Régulièrement présent en Russie, il a écrit près de vingt pièces traduites et montées en plusieurs langues. Son œuvre, au théâtre comme au cinéma, a été couronnée de nombreux prix internationaux. Il est le dramaturge contemporain russe vivant le plus présent sur les scènes francophones.
Philippe Cyr
Le metteur en scène Philippe Cyr détient un baccalauréat (2004) et une maîtrise (2008) de l’École supérieure de théâtre de l’UQAM. C’est au théâtre Prospero qu’il signe ses premières mises en scène : Les escaliers du Sacré-Cœur, Et si je n’étais pas passée par là ? et Norway.Today d’Igor Bauersima, que Le Groupe de la Veillée lui avait proposé de diriger et de produire. En 2012, il fonde l’Homme allumette, dont il est depuis le directeur général et artistique. Vouée à la création contemporaine, cette compagnie axe son travail autour de l’idée de la transgression et puise sa matière première dans une variété de matériaux, théâtraux ou non, en cherchant notamment à nommer, raconter et définir les angles morts de notre condition.
Pour l’Homme allumette, Philippe Cyr crée au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, où il est artiste en résidence de 2013 à 2015, une adaptation du texte poétique Les cendres bleues (2012) de Jean-Paul Daoust, Selfie (2015) de Sarah Berthiaume ainsi que Le brasier (2016) de David Paquet, qui remporte un vif succès. Cette dernière pièce fera les beaux jours de CTD’A une deuxième fois avant d’être présentée à l’Usine C, dans les Maisons de la culture de Montréal et ailleurs au Québec. Au cours des mêmes années, il met en œuvre Ce qu’on attend de moi (2013) avec Gilles Poulin-Denis, après une résidence de trois ans au Théâtre Aux Écuries. Coproduite par sa compagnie et par 2PAR4 (Vancouver), cette proposition formelle fusionnant cinéma et performance est à l’affiche à Montréal, à Ottawa et à Vancouver, jusqu’en 2019.
Parmi ses projets d’envergure avec d’autres compagnies, Philippe Cyr cosigne la mise en scène du spectacle Le iShow, un jalon fondateur dans sa démarche créative, lauréat du Prix de la meilleure production théâtrale de l’AQCT (2013). La pièce tournera au Canada et en France. Il assure également la mise en scène du spectacle acclamé J’aime Hydro (2016) de Christine Beaulieu, pour la compagnie de théâtre documentaire Porte-Parole. Collaboration marquante dans la trajectoire de Philippe Cyr, J’aime Hydro connaît un immense succès critique et public. Présentée en première mondiale au FTA, puis au Théâtre La Licorne, à l’Usine C, au Théâtre La Bordée, au Théâtre Maisonneuve et en tournée au Québec et en France, la pièce reçoit le Prix de la meilleure production à Montréal de l’AQCT (2017). Depuis sa création il y a sept ans, elle a fait l’objet d’au moins une centaine de représentations, d’une publication, d’un podcast et d’une adaptation pour la télévision.
Ces dernières années, Philippe Cyr a dirigé Prouesses et épouvantables digestions du redouté Pantagruel (2018), une adaptation de Gabriel Plante d’après l’œuvre de Rabelais, avec la voix de Dany Laferrière, au programme du Théâtre Denise-Pelletier. Il a mis en scène Le poids des fourmis (2019) de David Paquet, un spectacle sans compromis destiné au jeune public, donné à la Salle Fred-Barry. Artiste associé à l’Usine C de 2018 à 2021, il y a présenté, avec sa complice Odile Gamache, l’œuvre hybride Le magasin, dans le cadre du FIFA 2021. En avril 2021, il réalisait la mise en scène de Corps titan (titre de survie). La pièce marquait la réouverture du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui et y sera offerte en reprise, à l’automne 2022. Enfin, la saison dernière, il a présenté, également à l’Usine C, Atteintes à sa vie de l’auteur britannique Martin Crimp.
Parallèlement à son travail pour le théâtre, Philippe Cyr a mis en scène les spectacles de Chloé Sainte-Marie, Safia Nolin (2019) et Ariane Moffat (2021). Pour cette dernière, il a aussi conçu et coréalisé la version cinématographique du projet Incarnat. Il est de plus invité à enseigner régulièrement à l’École supérieure de théâtre de l’UQAM et à l’École nationale de théâtre du Canada.
En août 2021, il devient directeur artistique et codirecteur général du théâtre Prospero.
Christine Beaulieu
Créative, Christine Beaulieu a su, depuis 2003, nous épater par sa polyvalence. Au grand écran, elle a participé à plusieurs films : La mise à l’aveugle (Simon Galiero), Mesrine: L’instinct de mort (Jean-François Richet), Ceci n’est pas un polar (Patrick Gazé), Les fleurs oubliées (André Forcier). Elle s’est méritée 2 nominations (Prix Écrans Canadiens et Gala du cinéma québécois) pour son rôle de Roxane dans le film Le mirage de Ricardo Trogi et Louis Morissette. On l’a vu dans le rôle-titre de Nouveau-Québec de Sarah Fortin et elle se mérite une nomination au gala des Iris dans la catégorie Meilleure interprétation féminine/Rôle de soutien pour son rôle d’Anne-Marie Boisvert dans Norbourg (Maxime Giroux). Bientôt, elle sera des films Les Tricheurs (Louis Godbout), Frontières (Guy Édoin) et 23 décembre (Myriam Bouchard). Elle a également participé à plus d’une vingtaine de pièces de théâtre: Les points tournants (Philippe Lambert), Ce moment-là (Denis Bernard), Grain(s)/Seeds (Chris Abraham), La fureur de ce que je pense et La vie utile (Marie Brassard), Nyotaimori (Sarah Berthiaume/Sébastien David), Bilan (Benoît Vermeulen) et Sang (Brigitte Haentjens). Depuis 2015, elle présente son premier texte J’aime Hydro, pour lequel elle a mérité le prix Michel-Tremblay. Dans notre télé, on a pu la voir exceller dans les séries District 31, Hubert et Fanny, Les Simone, Lâcher prise et Cerebrum. Elle s’est méritée un prix Gémeaux pour son rôle de Josiane dans Lâcher Prise (2020) et elle a remporté le Bayard de la meilleure interprétation court-métrage au FIFF de Namur pour sa performance dans le film Un jour de fête (2020). Depuis février 2021, elle est au centre de L’Oeil du Cyclone à Radio-Canada/IciTou.tv avec son rôle d’Isabelle Gagnon pour lequel elle a remporté le prix Gémeaux du meilleur premier rôle féminin comédie (2021). Christine est également ambassadrice des attraits touristiques de sa ville natale Trois-Rivières ainsi que porte-parole de la campagne Nationale Roulons électrique.
Marc Beaupré
Diplômé de l’École Nationale de théâtre en 1999, Marc Beaupré remporte dès l’année suivante un premier Gémeaux pour le meilleur rôle de soutien dans la série 2 Frères. Depuis, il cumule les rôles, tant au cinéma qu’au théâtre et à la télévision.
Côté petit écran, il est de la distribution de plusieurs séries populaires, comme Madame Lebrun et Le négociateur (où il remporte le prix Gémeaux pour le meilleur rôle de soutien masculin en 2008). Dans les dernières années, il a interprété le très marquant Marc Arcand dans Série noire (qui lui vaut une nomination aux Gémeaux) ainsi que le célèbre Henri Richard dans la série Jean Béliveau, et on a pu le voir interpréter un superbe personnage de composition dans la 5e saison de Ruptures. Récemment, il était de la distribution de plusieurs séries comme Victor Lessard, le 422, Les Honorables, Alertes et Aller Simple. Il faisait aussi partie des deux premières saisons de la websérie L’âge adulte qui a remporté plusieurs prix à travers le monde. Prochainement, on pourra voir Marc dans la 4e saison de Plan B.
Au cinéma, il joue dans les longs-métrages: Gaz bar blues; Le poil de la bête; La run, Lac mystère et Bon cop, Bad cop 2 et Jusqu’au déclin.
Au théâtre, il était, entre autres, de la distribution de Le manifeste de la jeune fille, mise en scène de Olivier Choinière, Le jeu de l’amour et du hasard, m.e.s par Alain Zouvi et Le combat des chefs, m.e.s par René-Richard Cyr.
Marc signe également la mise en scène de plus d’une dizaine de spectacles, dont Caligula_Remix et Dom Juan_Uncensored, œuvres pour lesquels il a également fait l’adaptation des textes et plus récemment L’Iliade, libre adaptation d’Homère, présenté au théâtre Denise Pelletier et La Meute, de Catherine-Anne Toupin, présenté à La Licorne.
Simon Lacroix
Depuis sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 2011, Simon Lacroix a joué dans plus d’une vingtaine de productions théâtrales. On a pu le voir dans Le meilleur des mondes de Guillaume Corbeil, d’après l’œuvre d’Aldous Huxley, Trip et L’amour est un dumpling tous deux de Mathieu Quesnel. En 2022, Simon a remporté le prix Duceppe de l’interprète masculin de l’année pour la pièce Pétrole d’Édith Patenaude.
Avec ses complices Sonia Cordeau et Raphaëlle Lalande de la compagnie Le Projet Bocal il a écrit, mis en scène et présenté à La Licorne le spectacle éponyme Le Projet Bocal (2013), en plus des pièces Oh Lord (2014) et Le spectacle (2016). Showtime sera présenté à la fin 2022 au théâtre Duceppe.
Au petit écran, il s’est fait connaître dans les séries Faits Divers 4, Lâcher prise, Léo, L’Académie et La malédiction de Jonathan Plourde. À l’été 2022 on peut voir Simon dans la nouvelle série Larry et on pourra également le voir prochainement dans la série Mégantic.
Simon est lauréat de quatre prix Gémeaux pour ses interprétations dans la série Lâcher Prise (2018) et les webséries Deep (2013), Hypno (2017) et Les éphémères (2020)
Joanie Guérin
Depuis sa sortie de l’École Nationale de Théâtre du Canada en 2017, Joanie déploie ses multiples talents et fait preuve de polyvalence notamment dans la série à sketchs Drôles de Véronic (Réseau TVA, 2021) ainsi que dans les séries dramatiques Sortez-moi de moi, Audrey est revenue, District 31, Hôtel et Aller Simple.
En plus d’avoir joué dans quelques court-métrages dont Le Prince de Val-Bé (2019) de Jean-François Leblanc et Mon Boy (2018) de Sarah Pellerin, elle a récemment travaillé avec le Nouveau Théâtre Expérimental à la création des œuvres numériques Entends-tu ce que je te dis? Kouté mwen titak! (2020) et L’Enclos de Wabush (2021).
Au théâtre, on a pu la voir dans les pièces Nos Cœurs Remplis d’Uréthane (Théâtre du Double Signe, 2020), La Place Rouge (Salle Fred-Barry, 2018), Bras de Fer (La Roulotte, 2017) ainsi que dans les lectures publiques La Même Bottine (l’Arrière Scène, 2021) et On n’est pas des trous-de-cul (FIL, 2020). En 2019, elle incarnait aussi Ali dans la comédie musicale Mamma Mia! (Production Juste Pour Rire). Tout prochainement, elle foulera les planches des Écuries en septembre pour la production Agamemnon in the ring, une production de Les Créations Unuknu.
Photos
  • Photo de la marquise

    Melissa Gamache / Design de Principal